vendredi 2 mars 2018

Train d'enfer pour Ange rouge


Train d'enfer pour Ange rouge
Premier tome de la saga concernant le commissaire Sharko

• • • •

Un cadavre en morceaux artistiquement répartis est retrouvé aux environs de Paris. La victime a été décapitée et son corps martyrisé a fait l'objet d'une mise en scène défiant l'imagination. Le commissaire Franck Sharko est dépêché sur les lieux. Les ténèbres, il connaît : sa femme a disparu depuis six mois. Aucun signe de vie, aucune demande de rançon. Et cette nouvelle affaire, en réveillant le flic qui dormait en lui, va l'emmener au coeur de la nuit, loin, beaucoup trop loin...

eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeieeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee

La chair ferme du corps que j'imaginais suspendu, avait dû craquer comme un fruit trop mûr et, sous chaque pointe encore foisonnante de fragments de peau déchirée, luisaient des larmichettes miroirantes. Un panache rougeâtre, un élan de fougue artistique éclaboussait le mur ouest jusqu'au plafond, comme si le sang avait fui la terreur de son propre corps. 
e
eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeieeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee
 e
HISTOIRE
e
Encore une fois, Thilliez arrive à créer des situations tout aussi gênantes qu'intéressantes. On retrouve une nouvelle fois une scène de meurtre qui peut en effrayer plus d'un : une fille est retrouvée la tête coupée et le corps suspendu sur des pics en acier. Comme à son habitude, on a droit à de nombreux détails et descriptions très sanglantes, m'ayant retourné plus d'une fois l'estomac. Ce meurtre n'est, bien sûr, pas le seul de l'histoire puisqu'on va découvrir encore un grand nombre de cadavres. Malheureusement, c'est ce que je regrette un peu dans ce roman-ci. On va un peu dans tous les sens et il m'est arrivé plusieurs fois de ne plus me souvenir du début du roman. Bien que tout soit intimement lié, on perd vite le fil. De plus, les chapitres sont beaucoup trop longs (faisant souvent une cinquantaine de pages) et du fait, trop peu nombreux, alourdissant la lecture (j'ai mis exactement 3 mois pour le lire). De plus, une fois le livre terminé, je me suis rendue compte que le coupable est très facilement devinable, je n'ai pas été si surprise que cela. Peut-être qu'avec des lectures plus rapprochées, j'aurais pu le trouver moi aussi.
e
PERSONNAGES
e
On découvre ainsi le personnage de Franck Sharko, personnage que je connaissais déjà puisqu'il apparait aussi dans Deuils de miel. Il n'a pas changé d'un pouce : le sang chaud, détestant l'injustice et prêt à tout pour attraper les tueurs et surtout, retrouver sa femme. Malgré tout, je l'ai trouvé beaucoup plus violent dans ce roman-ci que dans les suivants, comme si ses poings pouvaient tout résoudre. Comme précédemment, son envie de tout régler par lui-même m'a énervé mais dans ce cas-ci, la recherche de sa femme disparue atténuait cet égoïsme au niveau de l'enquête. Il y a également de nombreux personnages secondaires tels que Sybersky ou Elisabeth Williams. Malheureusement, ceux-ci sont un peu moins développés et au final, on ne connait que peu de choses sur eux alors que je suis sûre qu'il aurait été possible de faire quelque chose d'intéressant. 

Auteur : Franck Thilliez
Sortie : 2003 (La Vie du Rail)
Sortie en poche : 2007 (Pocket)
Nombre de pages : 435

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire