dimanche 18 mars 2018

Britannicus


BRITANNICUS
De Jean Racine

THEÂTRE
Première date de parution : 1669
Edition choisie : Folio Classique (2015)
Nombre de pages :  224


Aggripine a tout fait pour donner le trône à Néron, son fils. Elle l'a favorisé au détriment de l'héritier légitime, Britannicus, espérant ainsi régner dans l'ombre. Mais, plus que le titre, c'est le pouvoir que veut le jeune Néron. Impétueux et manipulateur, il commence à laisser deviner son caractère monstrueux. Voulant s'émanciper de l'autorité d'Aggripine, il enlève Junie, la fiancée de Britannicus, et agite de noirs desseins...

NERON
[...] Je me fais de sa peine une image charmante,

Et je l'ai vu douter du coeur de son amante.
Je la suis. Mon rival t'attend pour éclater.
Par de nouveaux soupçons, va, cours le tourmenter ;
Et tandis qu'à mes yeux on le pleure, on l'adore,
Fais-lui payer bien cher un bonheur qu'il ignore.

On découvre Néron, empereur de Rome qui, pour détruire son frère Britannicus, décide de s'appropier sa dulcinée, Junie. Certes, l'histoire est écrit en ancien français et la compréhension est un petit peu plus difficile mais tout est très compréhensible. En seulement cinq actes, Racine arrive à mettre en place une situation insoutenable, avec des rebondissements permanents, tenant le lecteur en haleine. Tout se passe plutôt rapidement et bien que l'on sait déjà la fin, puisque c'est une tragédie, on a envie de savoir comme tout cela va se passer.

On assiste à des trahisons, des moments d'amour, des moments de doute. On est littéralement dans la tête des personnages et on peut donc comprendre leur tourmente, leurs hésitations, leurs regrets et les raisons qui mènent à des changements d'avis. En fin de compte, on réalise que ces personnages sont humains et font des erreurs comme le plus commun des mortels.

La grande force de Britannicus se trouve justement dans ces personnages. Ils ne sont pas si nombreux que cela et sont facilement identifiables puisqu'une liste est rédigé au début du livre. On découvre donc Néron, personne avide de pouvoir et capable de tout pour obtenir ce qu'il veut, même au point de détruire sa famille. Il y a aussi Aggripine, mère de Néron et Britannicus, qui cherche à stopper son fils alors qu'elle est en parti responsable de son comportement. 

Britannicus, ici, est plus vu comme un anti-héros d'après moi : à tout moment, il pourrait renverser son frère du trône et devenir à son tour, empereur mais il ne fait rien de tout cela. Narcisse, quant à lui, est un personnage que j'ai adoré détester tandis que Burrhus, au fil des pages, est devenu attachant. Les autres personnages sont un peu moins récurrents mais possèdent tout de même une place importante, de part leurs places de confidents ou de gouverneurs.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire